Ce travail revendique la liberté sexuelle et dénonce les préjugés et les clichés liés aux relations homme/femme. Nous avons souvent tendance à juger au premier coup d’œil et à tomber dans le piège du cliché et des stéréotypes.

Couleur clichée...
Dans l’Antiquité, les parents préféraient avoir un garçon, celui-ci pouvant participer aux revenus. En conséquence, avoir un garçon était considéré comme béni des Dieux (donc le bleu considéré comme une couleur divine). Pourtant au Moyen Âge, la couleur bleue était réservée aux femmes (couleur divine de sainte Marie) et le rose (signe de virilité) aux hommes. Au XVIIIe siècle, la tradition antique fit son retour en occident: la Grèce et son modèle de démocratie constituèrent pour les penseurs de l’époque une référence absolue. La marquise de Pompadour, imposa à la cour le rose (romantisme), l’associant ainsi aux valeurs féminines : beauté, douceur, fragilité (et aspect plus négatif, la mièvrerie).
Sources: Michel Pastoureau, Le petit livre des couleurs, Points, Paris, 2014.

Série
Couples

Technique
Acrylique et collage sur toile (30 x 30 cm)

Réalisation
Paris, 2017.